UN DÉMÉNAGEMENT À LA PRÉFECTURE DE POLICE DANS CES CONDITIONS N’EST PAS ACCEPTABLE!

Une délégation de la CGT-Police Nationale, accompagnée de la CGT-PP s’est déplacée au 4 ème étage de la rue des Ursins afin de prendre en compte la réalité du projet de cohabitation de la MAT et de la PFANU.


A cette occasion nous avons constaté que dans la configuration prévue lors du CHSCT, 1 1 postes de travail étaient dédiés aux agents de la MAT (hors encadrement) et 10 aux agents de la PFANU (hors encadrement).


Les personnels de la PFNAU ont quant à eux reçu une information divergente qui totaliserait 25 postes dans la même surface (salles 427 et 425) – INTOLÉRABLE= ! ! !


Compte tenu des éléments portés à sa connaissance, le CHSCT qui s’est déroulé jeudi 25 novembre à propos de ce site a pris position. Et bien que la CGT-PP ait exposé sa désapprobation et les réserves nécessaires, les syndicats UNSA et CFDT ont hélas, voté favorablement à la poursuite du processus.


Dans ce contexte, nous constatons que chaque agent sur un poste dans la grande pièce ne disposera que de 4,30 mètres carrés de surface globale (version 10+1 1 agents) soit 5,70 de moins que ne le stipule la norme NF X 35-102 qui préconise un minimum de 1 1 mètres par agent en local collectif.


Nous rappelons que le contexte sanitaire est très dégradé, et que le télétravail n’est pas possible dans ce domaine, que les mesures barrières élémentaires de distanciation ne pourront pas être appliquées. Que ces locaux dont la configuration ne le permet pas, ne peuvent fournir l’aération nécessaire, les postes de travail étant accolés aux fenêtres.


Nous allons saisir la médecine du travail afin d’obtenir son avis.
NOUS NE SERONS PAS LE «SUPER CLUSTER PP»! !

Nous avons appris que les portes de l’accueil rue des Ursins était ouvertes de 8h00 à 18h00. En dehors de ces horaires, les agents PFANU devront emprunter un escalier inconfortable sur 4 étages. Nous ne pouvons pas accepter une telle situation car nos collègues ne sont pas tous en capacité d’effectuer ce déplacement, plusieurs d’entre eux sont RQTH.


Nous soulignons que cette sortie ne leur est pas adaptée et qu’une évacuation d’urgence ne peut pas se faire dans ces conditions.


Une longue liste d’obstacles se profile concernant ce transfert qui nous parait inutile et injustifié. Nous allons nous porter auprès de nos collègues afin de leur donner les informations nécessaires et nous refuseront de quitter la rue Bonaparte dans ces conditions.


Les travaux sont bloqués jusqu’au début 2022, ils ne pourront être réalisés immédiatement après cette date.
Ensemble, nous pouvons exiger l’annulation de ce projet exagérément coûteux et totalement irresponsable !
Rien n’est joué d’avance= ! Ensemble, PFNAU (DSPAP) et MAT (Cabinet PP) nous allons continuer de nous mobiliser. Ce recul vers des conditions de travail d’un autre âge ne passera pas par nous !


NOTRE SANTÉ A UN PRIX, NOUS SERONS
SANS CONCESSION SUR CE SUJET !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *