COMMUNIQUE: Soutien plein et entier à notre collègue suspendu pour avoir porté à la connaissance publique des éléments embarrassants pour le pouvoir et la justice.

Le syndicat CGT-INTERIEUR- Police apporte son soutien à son collègue des Alpes-Maritimes suspendu après avoir été soupçonné de faits de violation et recel du secret professionnel, autour de l’affaire de violences commises à l’encontre de Geneviève LEGAY, survenues à Nice en 2019.

Dans cette affaire, le Président de la République a déclaré au cours d’une conférence de presse le 24 mars 2020 à Beaulieu-sur-Mer que la victime n’avait pas été en contact avec les forces de l’ordre.

Ces informations provenaient du Procureur de Nice ayant publiquement disculpé l’action du commandant de la force publique, avant de reconnaître que la victime avait été poussée par un policier. Ce revirement intervenait à la suite de l’exploitation d’images de vidéosurveillance.

Ensuite, les investigations ont mis à jour un soupçon de conflit d’intérêt avec la désignation d’un service d’investigation chargé de faire la lumière et dont la partialité faisait débat pour sa proximité avec le chef de l’unité située au cœur de l’affaire.

La responsabilité du Procureur a été mise en évidence. Il a été déplacé et le directeur des services judiciaires lui a reproché une perte de crédibilité de nature à mettre à mal l’image de l’institution judiciaire.

Néanmoins, cette “sanction” ne le prive ni de ses prérogatives, ni de son traitement. Lui n’est pas suspendu.

Le commissaire dont l’implication dans l’affaire et mise en lumière, comme celle de sa compagne qui continue de diriger la sûreté départementale n’ont pour l’heure pas été suspendus. Ils ont d’ailleurs été décorés le 16 juin 2019 dans le cadre de la promotion exceptionnelle de la sécurité intérieure (promotion gilets jaunes).

Dans ce contexte ou la confiance à l’institution paraît fortement corrodée, l’évidence se porte naturellement pour notre collègue vers un canal peu commun mais nettement plus rassurant lorsqu’il s’agit de publier dans le bût de faire cesser les comportements déviants.

Personne n’est dupe. Il s’agit dans cette affaire de trouver un “bouc émissaire”, dont l’implication permettra de poursuivre les journalistes qui livrent des informations embarrassantes pour le pouvoir et la justice.

Notre collègue est la victime expiatoire d’une tentative de détournement du droit de la presse. Nous saluons son attitude courageuse.

Il y a 9 commentaires
  1. Pierre PLATON à 12 h 11 min

    C’est ça la police et la justice selon Castaner et Belloubet : impunité pour les policiers violents, et poursuites judiciaires pour les policiers qui osent dire la vérité… !
    On s’éloigne de plus en plus de la police républicaine, pour laquelle c’est toujours à l’honneur de la CGT-police de militer, bien trop seule hélas dans le concert syndical ambiant de cette corporation !

  2. GIORGI à 14 h 24 min

    Quand les langues se délient ça dérange !!! Non aux violences policières mais non aussi aux violences gratuites envers les forces de l’ordre.

  3. La Crêtes à 15 h 11 min

    1/ Toi et la cgt sauveront ton emploi.
    2/ Tu peux être fier de toi
    3/ Tu pourras tjs te regarder dans une glace chaque matin !
    Bravo a toi force et courage mon camarade

  4. ANNIE JOUAN à 16 h 01 min

    Evidemment lorsque les hiérarchies policières et judiciaires sont concernées par des révélations il n’y a que la Presse comme canal d’information. Encore faut il trouver le bon car les journalistes capables d’ investigations sérieuses ne sont pas légion dans un panorama médiatique noyauté par les puissants.
    Le pouvoir cherche à interdire ou censurer les images prises lors des interventions . Bien des abus de pouvoir resteraient alors ignorés ( Floyd aux USA, Benalla chez nous entre autres brutalités illégitimes commises lors des manifestations) et une totale impunité véritablement assurée.
    Il y a une urgence sociétale à laquelle il faut remédier autrement que par le tout répressif, les contrôles à tout crin et les lois d’exception

  5. BONNOT à 16 h 10 min

    Bravo les camarades pour votre comportement citoyen au sein de la police Nationale et Républicaine.Vive la CGT.

  6. colin à 23 h 09 min

    soutien total à ce policier courageux besoin urgent de changement dans notre police républicaine mais à avant il faut se débarrasser de Macron et sa clique de voyous. De la part d un retraité ex d cc des poudres

    • Bassman à 19 h 07 min

      Bravo à vous et au monsieur policier, nous sommes dans un gouvernement qui s’effondre aujourd’hui par des mensonges à son propre peuple, c’est pour cela qu’il ne supporte plus que l’on dise la vérité aux français.
      Combattons, allons jusqu’au bout pour défendre les personnes qui disent la vérité.

  7. Salim Hachemi à 9 h 55 min

    Heureusement qu’il y a la CGT pour redonner un peu de couleur à notre confiance en la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *