LES POLICIERS QUI ONT SUBI LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES DOIVENT POUVOIR CHOISIR ENTRE LE PAIEMENT OU LA RESTITUTION DES HEURES

Nous avons dénoncé l‘accord pervers du 19 décembre qui n’était qu’une forme d’allégeance des instances représentatives majoritaires de la profession à l’endroit d’un pouvoir vacillant face à la contestation sociale et
la crise des « gilets jaunes »
Celles-ci ont été convoquées après la grogne tout à fait légitime des policiers qui devaient faire face aux mouvement des gilets jaunes à propos desquels bon nombre de policiers pouvaient se reconnaître.
CET ACCORD, VÉRITABLE PROTOCOLE DE LA HONTE SIGNÉ À LA HÂTE SUR UN COIN DE TABLE MINISTÉRIEL PAR LES TROIS SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DU SGP, ALLIANCE ET UNSA NOUS A ENTRAÎNÉ DANS UNE SPIRALE DONT ON VOIT APPARAÎTRE AUJOURD’HUI LES CONTOURS ET LES EFFETS PERVERS.
Après les promesses d’augmentations de salaires dérisoires, nous recevons maintenant en pleine face le paiement des heures supplémentaires à un taux ridiculement bas :
SANS CONSULTATION !
RAPPELONS QUE L’ ESSENCE MÊME DE SYNDICALISME NAÎT DE LA CONSULTATION DE LA BASE !
NOUS N’ ACCEPTONS PLUS CES MÉTHODES.
NOUS N’ ACCEPTERONS PAS CES MESURES.
Aujourd’hui les policiers se rebiffent et réclament le choix concernant le paiement ou la récupération des heures supplémentaires.
LES SIGNATAIRES DOIVENT PRENDRE LEURS RESPONSABILITÉS
AU LIEU DE SE REJETER LA BALLE, COMME L’ATTESTE LE
PROTOCOLE QUE TOUS ONT VALIDÉ.
LA CGT-POLICE INVITE TOUS LES POLICIERS QUI N’ACCEPTENT PAS LE PAIEMENT DES HEURES SUPPLÉMENTAIRES À MENTIONNER LEUR REFUS PAR RAPPORT, AVANT DE SAISIR LEURS ORGANISATIONS SYNDICALES !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *