1500 POSTES SUPPLÉMENTAIRES DE POLICIERS POUR 2020: FAUX!

ALORS QUE LE GOUVERNEMENT ASSURE QUE LE BUDGET 2020 PERMETTRA DE CRÉER 1 500 POSTES DANS LA POLICE NATIONALE, NOUS CONSTATONS QU’IL N’EN SERA RIEN ET QU’EN RÉALITÉ, NOUS EN PERDRONS 2474!

MOINS 1 7 MILLIONS D’EUROS POUR LES VÉHICULES
MOINS 7,4 MILLIONS D’EUROS POUR LE MATÉRIEL DE PROTECTION
MOINS 24 MILLIONS D’EUROS POUR LE PARC IMMOBILIER ET MOINS
12 MILLIONS D’EUROS POUR LA MAINTENANCE DU PARC
MOINS 5 MILLIONS D’EUROS POUR L’ARMEMENT ET LES MUNITIONS
MOINS 68 MILLIONS D’EUROS POUR LES SYSTÈMES DE
COMMUNICATION ET D’INFORMATION
MOINS 1 ,7 MILLION D’EUROS POUR LA FORMATION DES POLICIERS
MOINS 500 000 EUROS POUR L’ACTION SOCIALE ET LA PRÉVENTION.

Le discours gouvernemental qui fait l’ écho au programme du candidat Macron qui s’ était engagé à recruter 10 000 policiers et gendarmes durant le quinquennat peine à convaincre.
Malgré les annonces de mesures importantes en faveur de la police et la gendarmerie, on constate que ce budget pourtant présenté à la hausse, ne l’est pas et qu’ il fragilisera encore un peu plus la Police Nationale.
Tandis que le Ministre et le Secrétaire d’ État laissent entendre à chaque déplacements médiatiques que de nombreux services vont être renforcés, on constate que ces emplois prévus sur le budget sont en réalité destinés à l’administration territoriale de l’ état: C’ est à dire les préfectures, les sous- préfectures et les représentations de l’ état.
Pour la police, un savant tour de passe- passe démontre que nous allons perdre 2474 postes de policiers durant l’ année, alors que de nouveaux déploiement sont envisagés ( contrôle frontalier, PSQ etc. . . )
Nous sommes bien loin des promesses de campagne et des annonces rassurantes pour les citoyens et les acteurs de la sécurité quotidienne.
Pour les policiers déjà surexploités et épuisés, . le bilan est lourd car les promesses auxquelles nous n’ avions pas la faiblesse de croire ont laissé la place à un recul sans précédent.
Dans ces conditions, nous attendons de voir quelle sera la marge de manœuvre du gouvernement, lorsqu’il s’ agira de gérer les flux issus du breixit, de faire face à la contestation sociale qui s’amplifie et aux légitimes revendications de notre profession qui ne se contentera pas de la «. grande braderie. » de nos heures supplémentaires en réponse à ce budget tronqué !

Il y a 1 commentaire pour cet article
  1. ANNIE JOUAN à 20 h 27 min

    OK mais ne pensons pas qu’au fric. La lutte contre le malaise de la Police passe bien par un renforcement des effectifs, par un changement des méthodes de management, une révision des conditions d’emploi et de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *