LE 8 MARS TOUS CONCERNEES POUR L’EGALITE FEMME / HOMME

LE 8 MARS ne doit pas être assimilé à une fête comme celle des mères ou grands-mères, c’est une journée de lutte pour que l’égalité femme/homme devienne une réalité et que les violences faites aux femmes, celles qui se perpétuent partout dans le monde, soient enfin reconnues, combattues, punies.

Etre femme au travail c’est encore hélas être considérée comme inférieure, en force, en intelligence, en productivité, en disponibilité, en motivation. Cela se traduit par des discrimination sociales – salaires, déroulements de carrière, et bien entendu retraites

On est loin pourtant du temps où le salaire féminin était vu comme un salaire d’appoint pour un couple, la société a changé. Beaucoup de femmes sont indépendantes, ou seules, avec ou sans enfant, d’autres en couple et elles veulent faire carrière, bien gagner leur vie. Elles ont fait les mêmes études, appris un métier, obtenu les mêmes diplômes que les hommes. Elles ont les mêmes aspirations, les mêmes exigences, les mêmes capacités.

Le seule différence c’est la maternité qui dans son déroulement peut les rendre momentanément indisponibles mais ensuite l’éducation des enfants est une tâche qui a vocation à être partagée, sauf quand on se retrouve seul (e) à devoir tout gérer. C’est rarement le cas du père. Sûr les femmes sont plus exposées aux avatars de l’existence.

Pourquoi à notre époque devrait-il y avoir toujours plus de femmes que d’hommes en situation de précarité professionnelle, personnelle, matérielle? Sans compter qu’à cette injustice sociale s’ajoutent les violences spécifiques qu’elles encourent, au travail ou chez elles. Certes au fil de scandales hyper médiatisés dans les milieux du showbiz ou politiques des consciences se sont éveillées, des paroles libérées, des mouvements ont stigmatisé ces comportements violents, offensants, infamants. Mais il reste beaucoup à faire et bien des lieux de violences ont été oubliés.

La fonction publique qui se devrait d’être exemplaire en la matière en est loin et ces questions ne sont évoquées qu’au titre de projet encore aujourd’hui. Ce n’est pas le projet de réforme de la fonction publique avec l’affaiblissement des IRP, la remise en cause des CHSCT, la réforme des CAP qui va contribuer à nous rassurer sur la volonté gouvernementale de prévenir les violences sexuelles et sexistes ainsi que les discriminations pour les avancements et mutations.

Hommes et femmes doivent s’associer et participer ensemble à cette journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aliquam elementum ipsum ut felis mattis sem, amet,