Calendrier de la paye 2019

La CGT-Intérieur a établi le calendrier prévisionnel 2019 de versement de la paye des fonctionnaires. Vous le trouverez en pièce jointe.

A l’heure où la question du pouvoir d’achat est présente dans tous les débats et sur les ronds-points, la CGT-Intérieur dénonce plus que jamais le gel du point d’indice des fonctionnaires et revendique l’augmentation des salaires, pour tous les salarié-es du public et du privé, l’augmentation des pensions des retraité-es et des minimas sociaux, avec un rattrapage pour la baisse du pouvoir d’achat subi depuis 20 ans.

A ce gel du point d’indice, il faut ajouter (retrancher serait plus juste) l’augmentation de la CSG, la poursuite de l’augmentation des cotisations retraites, l’instauration d’un jour de carence, la diminution des crédits d’action sociale etc. Ce n’est pas la remise en route du PPCR en 2019 (entre 1 et 4 points d’indice selon les catégories) qui va compenser toutes les pertes d’argent subies par les agents.

Il faut de tout urgence inverser la vapeur en augmentant les salaires et en relançant les investissements, et arrêter le versement de centaines de milliards de dividendes aux patrons et aux actionnaires des grosses entreprises multinationales du CAC 40. C’est totalement inacceptable et contre-productif puisque c’est bien par l’augmentation des salaires et des investissements que la croissance économique repartira et les emplois seront créés, et non par la poursuite des politiques d’austérité et de cadeaux fiscaux fait aux grands patrons.

Un rapport de l’association Oxfam indique qu’en 2018, 26 personnes – très riches – ont accumulé autant que ce que possède la moitié la plus pauvre de l’humanité, c’est-à-dire 3,7 milliards d’individus. Comment en est-on arrivé à une telle situation ? Les « spécialistes » de l’économie (sur BFMTV et autres médias bien pensant) se gardent de faire la moindre lumière, de donner la moindre explication sur ce phénomène. Et pour cause, ils devraient alors expliquer que la cause de ce fossé grandissant entre riches et pauvres découle du fonctionnement même du système capitaliste qui est basé sur l’exploitation des travailleurs, sur l’expropriation des petits producteurs et l’accaparement des richesses produites par ces derniers par une minorité de possédants. En expropriant les « cumulards » et en faisant tourner l’économie au profit de toute la société, la classe ouvrière fera œuvre de salut public !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

id non eget mattis Curabitur tristique venenatis, ut commodo Sed