Accueil > Actualités > Les centres de santé : un modèle d’avenir à consolider

Les centres de santé : un modèle d’avenir à consolider

lundi 25 mars 2013

Dans un système de soin de ville qui ne permet plus d’assurer l’accès à des soins de qualité à tous du fait des dépassements d’honoraires, de la désertification médicale dans les zones rurales ou sensibles, de l’absence de permanence des soins de ville dans de nombreux territoires, la CGT estime que la bonne réponse pour sortir de ces difficultés est le développement et la consolidation des centres de santé.

De nombreux centres de santé existants sont menacés faute de dotation budgétaire adaptée. Pour la CGT, ces structures de soins sont un modèle qui permet de garantir l’accès aux soins de premiers recours (médecine de ville) dans une dimension de santé publique.

De plus cette forme de structure permet de répondre à l’aspiration des nouveaux professionnels qui ne veulent plus exercer seuls avec de lourdes contraintes horaires.

Contrairement aux maisons de santé qui sont souvent qu’une simple association de professionnels libéraux, les centres de santé à vocation de service public permettent de s’inscrire dans une approche globale de santé des populations, par un exercice pluridisciplinaire des soins dans une dimension d’éducation, de prévention, de soins et d’accompagnement social et de permanence des soins.

Le ministère de la Santé a diligenté une mission IGAS qui devrait rendre ses conclusions en juin. Ce rapport devrait servir d’appui à la future loi « PACTE SANTE TERRITOIRE » et à la future convention entre les gestionnaires des centres de santé et l’assurance maladie.

La CGT a travaillé en interne des propositions avec les salariés des différents centres de santé qu’ils soient municipaux, mutualistes, associatifs ou des régimes spéciaux d’assurance maladie. Elle a décidé d’élargir sa réflexion en travaillant en externe avec d’autres mouvements.

La CGT demande a être auditionnée par la mission IGAS pour que ses propositions (ci- jointes) soient prises en compte et demande d’être associée au groupe de travail que le ministère de la santé a mis en place.

Montreuil le 8 mars 2013