HALTE AUX DISCOURS POPULISTES DE LA FÉDÉRATION CGT-POLICE

vendredi 24 octobre 2014

Le dernier tract publié par la Fédération CGT Police, intitulé "l’heure du bilan pour l’élite de la direction Régionale de la Police Judiciaire" confirme nos craintes que de précédents libelles avaient suscités

Sans pouvoir nous prononcer faute d’information sur le fond des problématiques soulevées nous ne pouvons cautionner ni la forme, ni les termes ni le ton qui apparente une dénonciation peut être légitime de faits répréhensibles à un lynchage public.

La fédération POLICE s’est déjà illustrée par des diatribes discutables au regard des valeurs fondamentales que prône la CGT puisque dès 2012 elle se félicitait que " des policiers se soient rassemblés sur Marseille à l’appel de deux syndicats minoritaires la CGT Police et la FPIP ( syndicat réputé d’extrême droite) .

Elle persévérait en proposant que les Policiers bénéficient d’une présomption systématique de légitime défense en cas d’usage des armes alors même qu’un homme venait d’être abattu d’une balle dans le dos lors d’une intervention, épousant ainsi les déclarations d’intention du candidat SARKOZY qui s’alignait sur les revendications du Front National. Les propos tenus par la fédération faisaient alors curieusement écho à ceux de Marine Le Pen qui disait "préférer compter un mort chez les criminels qu’un mort dans les forces de l’ordre" Même le corporatisme a des limites quand déjà existe la présomption d’innocence pour tout prévenu !

Pour s’être élevé à plusieurs reprises contre les dérives de la direction de la Fédération CGT-POLICE en matière de prises de positions et de pilotage de la Fédération au mépris des statuts, les syndicats CGT des personnels de la Police Nationale du SGAP de Paris et de la préfecture de Police, du Nord Pas-de-Calais et interdépartemental, du SGAP de Marseille et l’UFR-Police font aujourd’hui l’objet d’une tentative d’élimination radicale qui risque d’entrainer de graves répercussions tant sur les élections professionnelles que sur le panorama syndical parisien.

En effet passant outre les décisions du congrès fédéral qui s’opposait à cette fusion, le syndicat Police de Versailles, sous l’égide de la Fédération, a créé un syndicat d’Ile de France aux mépris des règles de vies et des statuts de la CGT, annexant de fait le champ syndical du SGAP de Paris Préfecture de Police et constitué des listes concurrentes au risque avéré de les voir toutes rejetées.

Des querelles intestines valent t-elles de mettre en péril la représentativité de la CGT à Paris, mais aussi à Lille, à Marseille et au national puisqu’il leur faut de leur propre aveu "éliminer les gêneurs " .

D’autre part au regard de la propagande de la fédération sur leur dernier écrit, nous vous proposons de distribuer dans la CGT et les commissariats le tract du syndicat de paris : "halte aux discours populistes de la fédération CGT-Police".