MAINTIENT DE L’HOTEL-DIEU LA CGT-POLICE ENTENDUE PAR LES POUVOIR PUBLICS !

dimanche 22 juin 2014

Paris le, 19 juin 2014

Il y a déjà deux ans, Mme Faugère , agissant vraisemblablement sur instructions du gouvernement, alors directrice de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris envisageait de fermer l’hôpital historique de Paris, l’Hôtel Dieu.

Ce projet entraînait la disparition du service des « Urgences Médico-Judiciaires ».

Au cœur des problématiques d’investigation, ces services sont sollicités quotidiennement par les policiers, les gendarmes, les douaniers et la justice et quelques 42 000 patients à l’année y sont visités dans un cadre judiciaire.

Malgré nos incessantes alertes, Mme Faugère passait en force une partie du projet « fagon ».

La CGT-Police ne s’est jamais démobilisée, et a su fédérer avec le syndicat CGT de l’hôtel-Dieu et l’ensemble de la CGT Parisienne des milliers de militants, associations, personnalités, politiques, qui sont restés mobilisés, notamment en occupant l’hôtel-Dieu 24H/24 afin d’empêcher le patron-voyou de déménager de nuit l’hôpital, en cati-mini, comme il a voulu le faire à plusieurs reprises !

Situé à deux pas du palais de justice et des service centraux de la police judiciaire, cet établissement comporte en outre un département médicalisé sans équivalent dans aucun autre hôpital où les personnes gardées à vue ou sous main de justice peuvent être retenues dans des conditions qui leur garantissent les soins nécessités par leur état (la salle Cusco).

Aujourd’hui, la direction de l’APHP avec à sa tête Martin Hirsch, commence à revenir sur les décisions antérieures.

M. Hirsch dans son adresse de cette semaine à la CGT, confirme qu’il maintient les Urgences Médico-Judiciaires à l’hôtel-Dieu et qu’il rouvre les portes des urgences aux pompiers ainsi qu’aux ambulances.

La CGT-Police se félicite de cette sage décision.
Nous restons néanmoins vigilants sur la mise en œuvre et sur le calendrier promis par M. Hirsch.

Pour la CGT-Police,
Le Bureau Parisien.