COMPTE RENDU RENCONTRE M. CARON DOSTL LE 6 JUIN 2014

ODJ : AMIANTE/USO GARAGE NORD/CAR PJ/CONTRACTUELS

mercredi 11 juin 2014

LA CGT-POLICE RENCONTRE M. CARON DOSTL

Paris le, 6 juin 2014

Face aux inquiétudes des personnels de la DOSTL victimes d’exposition à l’amiante, la CGT-Police a souhaité rencontrer Monsieur CARRON afin de convenir avec lui des moyens pour mettre fin à ce grave danger.

Il faut dire que depuis janvier 2013, nous n’avons cessé d’attirer l’attention de l’administration sur l’obsolescence et la vétusté des TAB UNIMOG.

Loin de tenir compte de nos légitimes revendications, la direction de l’époque avait fait confirmer la dangerosité de ce matériel, sans pour autant mettre les utilisateurs à l’abri du risque.

Un semblant de désamiantage avait même été envisagé en laissant cette délicate opération à une entreprise privée qui n’a pas honoré le contrat qui la liait à l’administration, mettant ainsi ses propres salariés comme les agents de notre direction en danger.

Des lors, nous n’avions plus d’autre choix que de saisir le Préfet de Police, Président du CHSCT pour faire cesser cette situation.

Monsieur CARON, fraîchement installé dans le fauteuil de directeur a souhaité mettre fin à ce problème. Les engins seront réformés et démantelés dans les plus brefs délais.

Nous remarquons que le ton semble avoir changé à la DOSTL. Si cette première rencontre ne nous permet pas d’avoir un avis tranché sur la nouvelle politique mise en œuvre au sein de nos services, nous constatons que notre interlocuteur assume pleinement ses fonctions et qu’il souhaite remettre les rapports sociaux à la place qui leur est due.

Il nous assure que tout serait mis en place pour que les agents qui ont été exposés et qui en font la demande soient pris en charge par les services de prévention.

À ce sujet nous rappelons qu’il est indispensable qu’une fiche d’expositions à la pénibilité soit remise à chaque fonctionnaire concerné. Il s’agit des obligations du code du travail, qui englobent également les agents des services de l’État.

Concernant l’entreprise privée qui s’est laissée aller à une opération qui frise l’escroquerie, la CGT se substituera à l’administration en usant de son droit à faire appel aux autorités de contrôle, mettant ainsi son patron voyou devant ses responsabilités.

Comme nous venons de le voir, ce dossier n’est pas clos et nous devons rester attentif aux suites données.

Bien d’autres sujets ont été abordés, parmi lesquels la situation du car de commandement mis à disposition de la DRPJ.

Il faut souligner que pour fournir à cette prestigieuse direction un véhicule capable de contenir les dernières avancées technologiques, la DOSTL a fourni un vieux coucou qui encombrait les garages depuis 1979. C’est ainsi que le drone de la DRPJ est cloué au garage sud, en effet le véhicule qui le transporte n’est pas conforme aux prescriptions du code de la route, car démuni de certificat d’homologation, de carte grise, de contrôle technique obligatoire, etc.

En l’état, nous ne sommes plus en mesure de manipuler ce car. Ce serait commettre un certain nombre d’infractions graves engageant la responsabilité du fonctionnaire conducteur.

Cette situation présente le paradoxe de mettre le directeur du plus gros service de contrôle de véhicules de France (UCT) en position de faire rouler du matériel non conforme…

À ce sujet, Monsieur CARON s’est dit surpris et s’est engagé à nous faire part de ses intentions face à cette situation inquiétante.

Nous avons souligné les dysfonctionnements du processus « d’auto formation » que s’obstine à imposer un encadrement bien peu au fait de nos besoins. Il s’opère au détriment d’une réelle nécessité de formation pour les utilisateurs d’engins spéciaux. Les spécificités de chacun d’entre nous doivent être respectées et encouragées en fonction de nos sites d’affectation et du matériel particulier dont nous disposons.

Dans ce contexte, nous devrions voir la fin des stages « pâte à sel » organisés jusqu’alors, au profit de modules sérieux, encadrés par des agents rompus aux méthodes de formation.

Il s’agira là d’une avancée majeure, car c’est l’avenir de notre unité qui en dépend. Nous avons fait remarquer qu’un certain nombre d’engins risquent à terme de s’avérer totalement inefficaces, faute de personnel capable de le mettre en œuvre… et de l’entretenir.

Au chapitre du douloureux remaniement des Unités de Soutien Opérationnel et plus particulièrement de la dislocation de l’USO Nord, nous avions publié les informations récoltées mettant en évidence l’enfumage visant à faire croire que le garage nord devait fermer rapidement.

La situation actuelle démontre que nous avions raison au détriment des Cassandre qui, portant haut « la voix du maître » ont abusé de la confiance de leurs mandants.

Ce dossier n’est pas clos et la CGT-Police demande la création d’une unité de garde du site nord par des Policiers volontaires qui souhaitent raccourcir sensiblement leur durée de transport en prenant leur service Boulevard MC Donald.

Nous ne pouvions pas clore la discussion sans évoquer le cas de nos collègues contractuels qui se voient licenciés un jour avant les six ans de contrat leur permettant d’intégrer la fonction publique.

L’administration qui utilise ces Agents en reconduisant tous les deux ans les contrats, se déshonore en mettant ces personnels en situation de perte d’emploi contournant ainsi l’esprit de la loi visant au contraire à les titulariser.

La CGT-Police n’acceptera pas et portera ce combat jusqu’au sommet de l’institution administrative. Des actions sont engagées dans divers secteurs de la fonction publique. Des actions visibles sont à prévoir dans les délais les plus brefs.