SOUTIEN AU DOCTEUR GERALD KIERZIEC VICTIME DU DEVOIR...

mardi 9 juillet 2013

SOUTIEN AU DOCTEUR GERALD KIERZIEC VICTIME DU
DEVOIR...

Ce médecin urgentiste, chef du SMUR à l’hôpital Hôtel-Dieu, n’a de cesse de se battre pour la sauvegarde de son hôpital, ainsi que nos camarades CGT. Le serment d’Hippocrate n’est-il pas pour un médecin de soigner les administrés de la cité...

Le Docteur Kierzec fait partie de cette majorité de personne (personnels soignant, patients, élus, population, etc...) que l’administration essaie de minimiser, a critiquer à juste titre le plan de la direction générale de l’APHP qui revient à organiser un désert médical sur les 9 premiers arrondissements de Paris en fermant un à un les services de cet hôpital depuis deux ans...

Les policiers en subiront directement l’impact. Rappelons que les Urgences Medico-Judiciaires y ont élu domicile, et qu’elles fonctionnent de pair avec les urgences (l’APHP a annoncé la fermeture pour le 4 novembre 2013) et le plateau technique.

Si cette structure, qui reçoit 42 000 personnes à l’année, ferme, ce sont des centaines de policiers qui seront affectés à des tâches d’escortes vers d’autres hôpitaux de la capitale ou à des gardes détenus.

La préfecture de police, après les tsunamis RGPP, et la MAP en cours, serait alors dans l’ incapacité de remplir ses missions. A qui celles-ci seraient-elles confiées ? Au privé peut être... Grâce à la LOPPSI2.

Rappelons que des élus politiques disent publiquement non à la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu.

Cette décision, prise à l’encontre du Dr Kierzec, est indigne d’un gouvernement qui nous a prôné le dialogue social comme changement !

La CGT-Police Paris condamne fermement les agissements de l’APHP, et demande instamment que le Docteur Gérald Kierzec soit réintégré dans ses fonctions, et que soit arrêtée la mise à mort de notre hôpital.

Paris le, 8 juillet 2013