LETTRE OUVERTE AUX FONCTIONNAIRES DE POLICE

vendredi 5 mai 2017

Montreuil, le 5 mai 2017
Mesdames, Messieurs,
C’est avec un profond dégoût et une réelle indignation que j’ai découvert les propos d’une section syndicale CGT sur twitter concernant un de vos collègues agressé lors de la manifestation du 1 er mai.
Comment peut-on se réjouir à la vue d’un homme devenu une torche vivante suite à un jet volontaire d’un cocktail Molotov ?
Comment accepter de tels commentaires vis-à-vis d’un fonctionnaire agressé durant son travail ?
C’est pourquoi nous condamnons sans réserve de tels agissements comme nous avons dénoncé les différents événements qui ont émaillé les manifestations de 2016.
Notre organisation syndicale prône des valeurs de fraternité, de solidarité et de paix. Elle combat résolument la haine et la violence, d’où qu’elles viennent.
Pour autant, nous critiquons régulièrement ceux qui donnent les ordres (et contre-ordres) mais ne rendons pas responsables ceux qui les exécutent ; ces questions se posent de la même façon pour l’ensemble du monde du travail. Elles sont encore plus difficiles à résoudre pour des salariés sous certains statuts. D’ ailleurs, dans vos rangs, je ne suis pas sans savoir que des questionnements existent quant à la cohérence des ordres qui vous sont parfois donnés.
Je le sais, vous faites la différence entre ceux qui manifestent pacifiquement pour la
défense de leurs droits et de leurs revendications et les individus qui, en marge de
cortège, sont cagoulés, casqués et lourdement armés.
A la différence de ces individus, les seules « armes » des manifestants sont des badges, des drapeaux et des banderoles. Nos slogans portent sur les salaires, l’emploi, la protection sociale ... et ne sont jamais dirigés contre d’autres travailleurs.
Vous le savez également, à plusieurs reprises et pas plus tard que le 1 er mai dernier, les militants syndicaux en charge d’encadrer les cortèges ont fait l’objet d’insultes et eux aussi ont été victimes de violences physiques entraînant pour certains des blessures graves et des hospitalisations.
Nous continuerons à défendre des services publics de qualité avec des moyens humains et matériels supplémentaires pour que chaque agent puisse remplir ses missions au service des citoyens, quel que soit le territoire. C’est là notre conception de la République. Nous allons d’ailleurs lancer dans les prochains jours une vaste campagne pour la reconquête et le développement des services publics.
Je tiens à renouveler toute ma solidarité à vos collègues qui ont été blessés, a leurs
familles, et leur souhaite un prompt rétablissement.
Recevez, Mesdames, Messieurs, mes salutations les meilleures.
Philippe
MARTINEZ
Secrétaire général de la CGT
confédération