COMMUNIQUÉ DE PRESSE FSU (SNUITAM) Intérieur-Police et CGT-Intérieur

mardi 25 octobre 2016

La FSU ( SNUITAM) Intérieur-Police et la CGT-Intérieur comprennent les actions ponctuelles des
collègues policiers qui ont décidés de créer des rassemblements spontanés pour exprimer leur mal
être et le mécontentement de toute une profession.
Nos policiers paient aujourd’hui le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux voulu par le
précédent gouvernement et qui perdure aujourd’hui, ce qui a contribué à une fatigue aussi bien
physique que morale des effectifs.
Les interventions policières deviennent de plus en plus difficile dans un contexte où la violence
contre les policiers semble se banaliser.
Des horaires totalement inadaptés (18 millions d’heures supplémentaires) et usant pour la santé ainsi
qu’un manque de moyens matériels (certains se paient eux même leur matériel sic !) et humain (le
non remplacement d’un fonctionnaire sur deux) a contribué à la situation que nous voyons
aujourd’hui.
Ils paient également pour une politique du chiffre toujours plus pesante qui rassure le bureaucrate
mais qui ne prend pas en compte « l’humain » derrière le pourcentage. Egalement une politique
d’exclusion de la police du reste des citoyens voulue par le précédent gouvernement en rayant d’un
trait de plume la police de proximité : "La police n’est pas là pour organiser des matchs de rugby
dans les quartiers mais pour arrêter les délinquants ! déclare alors le futur président de la
République, lors d’un déplacement dans le quartier populaires du Mirail le 3 février 2003 ». Depuis,
la fracture entre les citoyens et leur police ne cesse de grandir et créée le climat anxiogène et
délétère qui règne dans les services de police.
Ils ont une action sociale en berne depuis de trop nombreuses années, aucun comité d’entreprise, des
structures sociales (crèches, cantines, etc...) quasi inexistantes, un seul et unique CHSCT pour la
ville de Paris et les départements de la petite couronne, la ou le code du travail indique qu’il en faut
un par structure !
La FSU (SNUITAM) Intérieur-Police et la CGT-Intérieur comprennent également la défiance de
nombreux policiers vis à vis des syndicats majoritaires qui n’ont pas su écouter les nombreuses
doléances et besoins exprimés par tous nos collègues.
Il est temps d’ouvrir une véritable discussion avec tous les syndicats de policiers et pas seulement
les « Majoritaires » et de lancer enfin un grenelle sur les métiers de la police pour sortir de cette
impasse vers laquelle notre profession se dirige.
Contact presse :
Anthony Caillé CGT-Intérieur : 06 64 46 30 20
Flavien Benazet FSU-Intérieur : 06 86 34 65 45