LE 2 OCTOBRE 2015 DEUXIEME RASSEMBLEMENT CONTRE LES DISCRIMINATIONS SYNDICALES A LA PREFECTURE DE POLICE DE PARIS

lundi 28 septembre 2015

LE 2 OCTOBRE 2015 DEUXIEME RASSEMBLEMENT CONTRE LES DISCRIMINATIONS SYNDICALES A LA PREFECTURE DE POLICE DE PARIS
Malgré le rassemblement de plusieurs dizaines de collègues et militants devant les locaux de la Préfecture de Police située 66, bld de l’hôpital le 23 septembre dernier pour dénoncer les discriminations syndicales à la Préfecture de Police et exiger la titularisation de notre camarade Frédéric CORRADINI, la Préfecture de Police, dans un déni total, refuse toujours d’ouvrir le dossier et d’accéder à la demande de titularisation de cet ouvrier lauréat au concours.
Ce que l’on reproche à ce jeune mécanicien du garage central de la Direction opérationnelle des services techniques et logistiques de la Préfecture de Police : être syndiqué à la CGT et ne pas accepter les méthodes de management dictatoriales de ses cadres locaux !!!!!
Alors qu’un commandant de police local, (chef du garage... la police mène à tout), lui avait demandé de « bien choisir son camp » lors de sa mobilisation au côté de ses camarades, méthode qu’il refuse et dénonce, on tente de monter un dossier totalement à charge, partial et partisan contre ce jeune afin de faire un exemple et calmer les ardeurs de ses camarades.
Dès lors, la CGT demande l’intervention du Préfet de Police, car plusieurs agents sont victimes de discriminations dans cette direction du simple fait de leur appartenance syndicales !
En effet, chacun d’entre eux sous une forme ou une autre sont victimes de harcèlement : l’un pour qui on a dissimulé une déclaration d’accident de travail quitte à mettre sa santé en péril avant de tenter de l’évincer au prétexte de son inaptitude. Un autre à qui l’on reproche des fautes « professionnelles » imaginaires. Un autre que l’on harcèle quotidiennement avec des propos dégradants, un autre encore à qui l’on tente de mettre un avertissement parce qu’il n’aurait pas respecté une minute de silence dans les conditions imposées par l’encadrement.
Tous ont en commun leur appartenance à la CGT !!!
Alors même que la direction soutient un cadre dans un autre service et dont tout porte à croire que celui-ci harcèle ses collègues, comment comprendre l’acharnement contre notre jeune camarade qui ne demande qu’à travailler sereinement et défendre ses droits ?
Le 2 octobre à la Cité, une délégation de la CGT Préfecture de Police et de la CGT Police du SGAP de Paris sera reçue pour examiner et dénoncer ces agissements.
Pour nous aucune négociation ne sera possible sans l’obtention immédiate de la titularisation de notre camarade Frédéric CORRADINI.
C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des militants et camarades parisiens, dans la continuité de la mobilisation entreprise le 23 septembre pour la défense des libertés syndicales, à venir soutenir ce camarade le 2 octobre à partir de 9h devant la Préfecture de Police de Paris sur l’Île de la Cité afin d’exiger à ses côtés sa titularisation et le respect de chacun, quelque soit son engagement syndical.