AFFAIRE BENALLA: LETTRE OUVERTE AU MINISTRE D’ÉTAT GERARD COLLOMB

Lettre ouverte,
A l’attention de M. Gérard COLLOMB,
Ministre de l’intérieur
Place Beauvau 75008 PARIS
Paris, le 19 juillet 2018
Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
Nous exigeons avec force qu’une investigation sérieuse soit diligentée aux fins de faire toute la lumière sur
les faits de violences graves qui semblent avoir été commis par un proche collaborateur du Président de la
République.
Nous exigeons en somme que vous respectiez les règles juridiques qui sont la base et la garantie de notre
État de droit et de notre contrat social humaniste, faute de quoi la confiance du peuple en ses institutions ne
pourra qu’être profondément altérée.
Les images diffusées actuellement par un certain nombre de médias, associées aux témoignages publiés
faisant état de l’implication de M. Alexandre BENALLA dans une opération de maintien de l’ordre mise en
oeuvre en marge des célébrations du 1 er mai 2018, portent atteinte aux valeurs de notre République et font
gravement ombrage à l’image de la Police Nationale.
Aucune violence ne saurait être légitime ou légale, seul l’emploi de la force de manière nécessaire, proportionnée,
et conforme à des objectifs d’intérêt généraux est justifié et ne peut relever que de la compétence
des forces de l’ordre. Les images dont nous disposons montrent que les agissements de M. BENALLA ne
peuvent en aucun cas entrer dans ce cadre légal.
Et ce d’autant plus que nous avons appris depuis que cet individu ne dispose d’aucune habilitation pour se
trouver en immersion dans un dispositif policier dont vous partagez la responsabilité avec le Préfet de Police
de Paris.
A l’heure où les policiers de tous corps et de tous grades luttent au quotidien pour donner de leur métier
une image irréprochable, entièrement vouée au respect de la déontologie, le comportement du conseiller
de M. MACRON nuit gravement à notre image auprès de la population et met en péril l’équilibre de nos
institutions.
En effet, notre système judiciaire et le pouvoir exécutif s’appuient également sur l’exemplarité et la légalité
des actions des forces de l’ordre.
C’est ce qui confère, par exemple, aux déclarations des policiers dans les procédures judiciaires une valeur
supérieure à celle des personnes interpellées. Les tribunaux pourront-ils encore avoir confiance dans la parole
policière quand on sait que de tels individus, sans aucun cadre légal, se permettent de tels comportements,
avec l’aval et la protection des plus hautes instances de l’État.
C’est en effet l’Exécutif tout entier qui engage sa responsabilité dans cette affaire si une enquête sérieuse et
des sanctions proportionnées à la gravité des faits ne devaient être pas mises en oeuvre. Si des fautes ont été
commises, ces dernières doivent être dénoncées et condamnées sans faiblir afin de rétablir l’image, dégradée
par ces actes, des femmes et des hommes engagés au quotidien dans le service public et la sécurité des
Français, au moment même où cette lourde mission nous demande des efforts sans cesse plus grands.
Nous ne manquerons pas d’alerter le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements
inhumains ou dégradants (CPT) du Conseil de l’Europe qui, rappelons-le, visitera la France l’an
prochain.
Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations républicaines.
Le Secrétaire Général,
Anthony Caillé.
Contact presse : 06 64 46 30 20

Lettre ouverte MI GC 19072018

Il y a 9 commentaires
  1. JOUAN à 17 h 39 min

    On ne saurait pas mieux exprimer la légitime inquiétude et l’indignation que soulève cet événement tant chez les citoyens que chez les Policiers.
    C’est une mise en danger de nos valeurs mais aussi des personnes et des policiers eux même de plus en plus exposés aux violences, aux réactions que de tels comportements suscitent. Nous ne pouvons que nous rallier à vos exigences : que toute la lumière soit faite sur ce qui a rendu possible les agissements de cet homme et qu’il en réponde devant la Justice.

  2. Ferrari à 17 h 49 min

    Bravo de remettre les pendules à l’heure. L’image De la police ne doit pas être souillé par des individus de la sorte.

  3. Pierre PLATON à 17 h 54 min

    SI l’on sanctionne, à juste titre, le policier qui a violente un detenu au palais de justice de Paris, il convient, dans le même esprit, de sanctionner ce conseiller du président de la république

  4. Gatineau Gérard à 22 h 52 min

    Excellente démonstration de droit français. Mais depuis des décennies, les différents pouvoirs politiques ont usé et abusé de vrais faux policiers pour faire dégénérer les manifs qui leurs faisaient de l’ombre dans un silence assourdissant des médias. Aujourd’hui, bingo, c’est un conseiller du chef de l’Etat, qui est pris la main dans le sac et de plus l’affaire bénéficie de la une des différents médias. Un regain de sincérité dans l’information? on demande à voir.

  5. Brian Georges à 0 h 22 min

    Effectivement, dans de tels cas d’exemples, comment ne pas se rappeler des faits d’un certain « S.A.C » qui donne à réfléchir sur les supposés casseurs des dernières manifestations contre la casse du code du travail.

  6. eliso à 7 h 08 min

    Pourquoi ce personnage est encore libre avec un tel comportement ou est la politique morale de transparence de Jupiter cet homme est une honte il entache gravement notre institution police bravo Antony

  7. serna Germain à 9 h 01 min

    Na soyons ni naïfs ni effarouchés mais plutôt fermes sur cette question . De tous temps la Police Nationale a été infiltrée par les mercenaires, des parallèles ect… , les derniers en date le Service d’Action Civique, dissout et reconstitué chez les francs Maçons avec le même acronyme, mais avec une autre appellation et recrutant dans les rangs de la Police, mais pas uniquement.

    Sans aller vers la motion de censure qui ne changera rien, vu le rapport de force politique des deux chambres actuel. Mais plutôt vers une loi forte qui surveille et réprime les infiltrations identitaires à caractère politique dans nos rangs, si nous voulons conserver notre éthique républicaine et un corps de gardiens de la PAIX au service de tous les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.