L’affaire de harcèlement sexuel dans la police jugée ce jeudi 5 juillet 2018

La CGT-Police est aux côtés des victimes de harcèlement qui ont eu l’immense courage en dépit des nombreuses entraves qui pèsent, dans la police plus qu’ ailleurs, sur celles et ceux qui souhaitent dénoncer les violences sexuelles, de déposer plainte et briser le silence. Nous espérons que la justice rendra une décision exemplaire qui ouvrira la voie et encouragera toutes les autres qui craignent de ne pas être entendues ou pire de sacrifier leur carrière si elles osent dénoncer ces comportements.
Revendiquer le droit d’exercer son travail sans discrimination, sans craindre pour sa santé physique et psychique, sans environnement hostile, tel est l’enjeu de ce procès qui rappelle que les forces de l’ordre n’échappent pas au régime de droit commun et que les commissariats ne sauraient être des zones de non droit gouvernées par la culture du viol ou par la violence morale… Il en va des droits fondamentaux des humains qui portent l’uniforme mais aussi plus largement de la possibilité même de mener à bien les missions de services publics au service des citoyennes et citoyens qui leurs incombent.

 

Lire l’article ici

Il y a 1 commentaire pour cet article
  1. JOUAN à 20 h 03 min

    WAIT AND SEE dirait un anglais.

    Car s’il est rassurant et juste qu’une telle affaire vienne au prétoire quand nombre d’autres identiques sont étouffées, justice n’est pas encore rendue.

    Quand donc l’Administration et je ne parle pas uniquement pour la Police, comprendra-t-elle que ce ne sont pas les victimes qui déshonorent l’institution en dénonçant ce qu’elles ont subi mais les auteurs des faits ainsi que les responsables à tous les niveaux hiérarchiques qui les ont tolérés ou couverts ?

    Pour être respectés de ses pairs, du public, il faut être respectable et il faut avoir le courage de faire le ménage dans les rangs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.