BAISSE DES SALAIRES ET DES PENSIONS : RÉVOLTANT

Voilà. La paie et les pensions de janvier 2018 sont tombées. Au sens propre et figuré.

Chacune et chacun peut donc voir les conséquences des décisions de Macron et des politiques d’austérité sur les salarié-es et les retraité-es : une baisse nette importante du pouvoir d’achat.

Fonctionnaires en activité, nous perdons encore de l’argent : perte d’au moins 50 € par an pour un catégorie C, perte d’au moins 80 € par an pour un catégorie B, perte d’au moins 120 € par an pour un catégorie A.

Les retraité-es perdent eux aussi de l’argent, de 150 à 300 € selon les cas, voire plus !

Où est la promesse du candidat Macron d’augmenter le pouvoir d’achat de tout le monde, y compris celui des fonctionnaires qui sont au régime sec depuis des années ? La CGT n’a jamais cru à cette promesse du candidat de l’argent et du CAC 40. Une fois de plus, nous avions malheureusement raison.

Et ceux qui se disent « ben c’est pas trop grave l’augmentation de la CSG, c’est compensé par la baisse des cotisations », la CGT rappelle que accepter la baisse des cotisations sociales, c’est accepter la diminution de son propre salaire différé puisque les cotisations financent la protection sociale (maladie, retraite, famille, chômage).
Cela signifie moins de remboursement de médicaments, des pensions de retraite diminuées, des prestations familiales à la baisse, des allocations chômages amputées.

Les effets de l’augmentation de la CSG, de l’augmentation des cotisations retraites, du gel du point d’indice, du gel du montant des pensions sont terribles. C’est une véritable politique de destruction sociale qui est pratiquée contre les salarié-es et les retraité-es. Une politique anti-sociale de la pire espèce, celle du libéralisme destructeur (pléonasme).

Pendant ce temps, les comptes des grosses entreprises continuent de gonfler, les profits et les dividendes explosent.

Ce sont toujours les mêmes qui se goinfrent de pognon pendant que les autres « mangent » de l’austérité.

Révoltant.

C’est pour quoi tous les salarié-es, retraité-es doivent rallier la revendication de la CGT pour l’augmentation générale des salaires, des pensions et des minimas sociaux.

Pour être précis, il faut l’augmentation générale du salaire nominal, car les prix augmentent plus que les salaires, donc le pouvoir d’achat diminue.

Chaque jour que vous passez à travailler, vous perdez de l’argent.

Chaque jour qu’ils passent à récolter le fruit de votre travail, les gros patrons et les actionnaires s’enrichissent
Il y a 1 commentaire pour cet article
  1. eliso à 20 h 31 min

    une fois de plus les classes moyennes et les retraités sont victimes de la politique de macron tous pour les patrons une politique pour les riches c « est une honte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *