DANS LE CONFLIT DES AGENTS PÉNITENTIAIRES, LA CGT-POLICE S’INTERROGE SUR LA NÉCESSITÉ DE L’INTERVENTION DES POLICIERS ET GENDARMES ET SOUTIENT LES REVENDICATIONS LÉGITIMES DES AGENTS

MOTION

DANS LE CONFLIT DES AGENTS PÉNITENTIAIRES, LA CGT-POLICE S’INTERROGE SUR LA NÉCESSITÉ DE L’INTERVENTION DES POLICIERS ET GENDARMES ET SOUTIENT LES REVENDICATIONS LÉGITIMES DES AGENTS

Après 11 jours de lutte, les organisations syndicales des personnels de l’administration pénitentiaire se sont retrouvées et agissent en intersyndicale.

Cette union les conduira à la victoire.

L’État doit leur permettre d’assurer leur difficile métier en sécurité et reconnaître leur travail a sa juste valeur. !!

La CGT-Police soutient sans réserve le mouvement revendicatif des personnels des agents pénitentiaires.

La CGT-Police condamne la position du gouvernement qui consiste remplacer les fonctionnaires en lutte par des policiers et des gendarmes qui viennent malgré eux briser leur grève.

Dans un contexte d’austérité, l’état d’urgence puis la nouvelle loi Anti-Terro légitime une réorientation budgétaire sur les missions sécuritaires. Dans certains secteurs comme celui de la Justice, des financements importants ont été mobilisés mais la priorité est axée sur l’aspect strictement sécuritaire et communiquant en négligeant le volet de l’éducation et de la réinsertion.

Dans les établissements pénitentiaires, l’état d’urgence a pris des proportions exagérées qui se traduisent par une forte dégradation des conditions de travail. Les transfèrements, extractions et gardes extérieures sont confiées à l’administration pénitentiaire car les policiers et gendarmes ne sont plus en capacité d’exercer ces missions. Cependant, le recul constant des effectifs de nos collègues de la pénitentiaire ne leur permet plus d’assurer le quotidien, sauf à multiplier les heures supplémentaires.

Dans le cadre des politiques budgétaires mises en place les gouvernements aux affaires depuis deux décennies, le recours à des agents non titulaires intensifie la précarité au sein de la fonction publique. Les organisations de service sont imposées sans concertation. Les conditions de travail sont dégradées mettant une pression inacceptable sur les agents en termes de charges de travail et d’injonctions paradoxales.

Par conséquent nous considérons que la police n’a pas a intervenir dans ce conflit social et surtout pas à se substituer aux missions des agents qui luttent pour leurs légitimes besoins.

Au lieu de détourner les policiers de leurs missions première de service public, le gouvernement doit d’urgence ouvrir le chantier de la négociation avec les organisations syndicales des agents pénitentiaires en particulier et des fonctionnaires en général.

Motion de soutien au mouvement revendicatif des agents pénitentiaires 22012018

Il y a 2 commentaires
  1. JOUAN à 4 h 30 min

    Tout à fait d’accord.

    On voit là le résultat de l’incurie gouvernementale. Ignorent-ils que « gouverner c’est prévoir et ne pas le faire est courir à sa perte » (Emile de Girardin )
    Un rapport de 2014 du contrôleur général des lieux de privation de liberté Jean Marie Delarue dénonçait la vétusté, la surpopulation, l’insalubrité, la violence, la déshumanisation des lieux de détention et leur mauvaise gestion.
    Y vivent et y interagissent, à temps les détenus et à perpétuité les surveillants …. Le gouvernement d’alors avait fait de la modernisation sa priorité.
    Les effectifs de la Pénitentiaire, leurs moyens, leur formation, diminuent, les salaires stagnent. Augmentent le danger, le stress, la précarité et la souffrance au travail
    Quant aux policiers, mis à toutes les sauces, soumis au même régime, ils accumulent les missions tout terrain, les heures, la fatigue et ils le payent cher (TS, Suicides, dépressions, dés-appréciations auprès de la population)
    La fonction publique ne peut plus assumer ses missions. C’est le fruit d’une politique délibérée de l’Etat qui veut se désengager de ses obligations au profit du secteur privé pourtant plus coûteux, au détriment des personnels et des citoyens.
    Réagissons avant qu’il ne soit trop tard ! Battons-nous pour de meilleures conditions de vie, de travail, soyons solidaires les uns des autres. L’union fait la force

    En savoir plus :

    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/jean-marie-delarue-une-prison-plus-humaine-contribue-a-la-securite_1242644.html

    https://www.mediapart.fr/journal/france/040614/jean-marie-delarue-la-prison-est-aujourd-hui-une-source-d-insecurite?onglet=full

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.